Skip to main content

Les logements connectés et les Français

Aujourd’hui, Apimka partage avec vous les résultats d’une enquête réalisée par http://www.immobiliare-neuf.fr en mai et juin 2016 sur un panel de 1 800 français à propos de leur vision des logements connectés. Vous retrouverez également une infographie à la fin de l’article.

 

Les logements connectés et les Français : un rapport encore tendu

On retrouve de plus en plus de dispositifs nous permettant de rester « connectés ». De nos smartphones à nos montres en passant par les drones, ces objets ont envahi notre quotidien, si bien que nos maisons sont elles-mêmes connectées grâce à la présence de ces dispositifs. On peut désormais contrôler à distance le chauffage, la lumière ou les ouvertures grâce à des applications depuis notre téléphone.

Des Français pas tout à fait connectés

Avant toute chose, est-ce que les Français sont au courant de toutes les possibilités offertes par les objets connectés à la maison ? S’ils sont 83% à avoir au moins entendu parler de ces logements, ils sont à peine plus d’un tiers à posséder ces objets et 11% ne savent tout simplement pas s’ils en détiennent.

S’ils ne sont donc pas encore connectés, ils songent néanmoins à l’être : 53% n’ont pas d’objets connectés mais près de deux tiers du panel (63%) veulent s’équiper et ils sont près de la moitié à être intéressés par l’achat d’un logement pré-équipé en la matière.

En effet, pour les trois quarts des sondés, un logement connecté permet de réaliser des économies sur le long terme et finit par simplifier leur quotidien. Aussi, ils sont près de deux tiers à estimer que ces objets connectés renforcent la sécurité de leur logement.

Les volets roulants connectés oui, les réfrigérateurs connectés, non

Reste à savoir comment veulent-ils s’équiper. Dans ces 63% d’intéressés, une grande partie voudrait que leurs volets roulants et leurs chauffages soient connectés (77% pour les uns, 71% pour les autres). S’ils sont moins nombreux à avoir cité ces objets, la majorité a également évoqué les ampoules et lumières, les enceintes et les télévisions. Enfin, ils restent une bonne moitié à vouloir connecter leur télévision, leurs portes, fenêtres et alarmes, tandis que les réfrigérateurs, fours et serrures connectés sont en bas de liste.

On note qu’il s’agit d’objets majoritairement installés au salon et justement : 80% des personnes souhaitant s’équiper en dispositifs connectés veulent commencer par cette pièce, alors qu’ils ne sont que 16% à privilégier la cuisine, lieu d’habitat du four et du réfrigérateur.

Une certaine méfiance envers les objets connectés

Avec 63% des personnes du panel qui souhaitent s’équiper, cela nous laisse 37% des sondés qui ne veulent pas prendre le virage de la connexion. En effet, parmi eux, ils sont plus d’un tiers à ne pas voir l’intérêt des objets connectés, environ un quart à juger leur prix excessif et un autre quart à redouter une éventuelle utilisation de leurs données personnelles avec ces dispositifs. Les autres réticents ont au choix évoqué leur méconnaissance en la matière (18%) ou la difficulté d’utiliser ces objets (6%).

Cette crainte quant à l’intrusion des objets connectés dans la sphère privée est réelle car au moment de demander à tous les sondés s’ils pouvaient mettre à mal leur intimité, ils ont été une majorité (52%) à répondre par l’affirmative.

Si les logements connectés sont en bonne voie pour conquérir le cœur des Français, il reste encore du chemin à parcourir avant qu’ils leur accordent leur entière confiance.

Infographie sur Les logements connectés et les français

Infographie sur Les logements connectés et les français